AUJOURD'HUI : 21/07/2018

Comunicat : 21 ans à travailler pour la langue occitane

21 ans à travailler pour la langue occitane. 
Cette langue occitane dont je ne savais rien. Je l’avais vaguement entendue, chantée, dansée, à l’école primaire, comme beaucoup d’enfants en Béarn et puis plus rien.
Et un jour en 1995, dans l’imprimerie dans laquelle je travaillais, une rencontre. Une rencontre avec La Setmana, et Plumalhon que David Grosclaude nous confie pour l’impression. Cette langue que très peu de gens parlent autour de moi je la retrouve aussi au bout de la rue où j’ai grandi à Lescar, avec cette école Calandreta qui vient d’ouvrir. J’en serai la vice-présidente pendant 3 ans. Ma fille y suivra sa scolarité, ainsi qu’au Collègi Calandreta de Pau. En 1997, je rencontre de nouveau David Grosclaude.
La langue occitane était encore sur mon chemin, c’est évident nous devions faire connaissance. Il a ce pari fou : d’éditer un hebdomadaire et des revues pour les enfants tout en occitan. Ainsi commence l’aventure. Entrée à Vistedit pour 2 mois, l’aventure durera 21 ans. Le pari, je crois, est plutôt réussi. 
21 ans à travailler pour la langue occitane. Cette langue qui n’est pas ma langue maternelle. Non, la mienne, le kabyle, mes parents ont choisi de ne pas me la transmettre, enfant d’immigrés il fallait s’intégrer. Alors au quotidien, je vais entendre, lire, écrire cette langue d’adoption, que je vais essayer de m’approprier. Certainement pour remplacer celle de ma mère, qui me manque au fond de moi. 
21 ans à travailler au quotidien à faire de mon mieux, pour que cette langue existe, pour qu’elle soit transmise, lue et écrite par des « calandrons ». Mais également, par toute une jeune génération, qui est l’avenir de cette langue. 
21 ans à travailler pour la langue occitane dans les médias avec ses difficultés, ses embûches, au combien nombreuses, ses problèmes, ses variétés dialectales. Des années à travailler à la création d’une fédération pour les médias, la Fimoc. Merci à Lauriane Tresserre, directrice, récemment licenciée également, de nous avoir aidés, accompagnés, soutenu pendant 10 ans. Merci à mes collègues qui ont partagé cette aventure et relevé le pari. Merci pour leur engagement, leur courage et leur ténacité.
21 ans à persister, et se renforcer grâce aux encouragements, aux soutiens, merci à tous ceux qui ont écrit bénévolement pour Vistedit. Merci aux fidèles abonnés qui nous ont fait confiance. 
21 ans à supporter aussi des critiques, souvent gratuites, parfois blessantes. « C’est trop ceci, pas assez cela… Ce serait mieux comme ci… il faudrait faire comme cela… » Bon il est normal de recevoir des critiques, mais je mets quiconque au défi de relever le même pari.
21 ans d’engagement pour cette langue occitane, malmenée par nos dirigeants et certains élus. Malmenée, parfois par les occitans et les occitanistes eux-mêmes. Ces élus qui « assument » comme je l’ai entendu, leur choix. Après avoir fait preuve de mépris vis-à-vis de Vistedit, j’espère que ces mêmes élus ont derrière la tête un beau projet, pour la transmission de langue. Je ne suis pas certaine qu’ils aient compris réellement leur rôle. Ma pensée va à Joan Moreu, pour qui j’avais le plus grand respect, qui s’est battu pour la création de l’Oplo, et qui malheureusement nous a quittés trop tôt. Je suis convaincue qu’avec lui, à la tête de cet office, la suite de l’histoire aurait été tout autre. Et afin de ne pas avoir d’amerture, je veux garder l’image d’un petit calandron, Merlin, qui feuilletait longuement les livres et les revues devant notre stand. 
Aujourd’hui l’aventure Vistedit s’arrête. Je sais que je vais encore faire vivre cette langue occitane par le biais de la danse traditionnelle, qui me passionne et le chant que j’aime à écouter. L’écrire et la parler me sera, je crois difficile.
Et comme disait mon père, venu de Kabylie, lui qui aurait tant voulu apprendre cette langue, il en savait quand même quelques mots :
Adishatz monde !

Brigitte Bouncer, gérante de Vistedit société de presse en occitan, qui est dans l’obligation de déposer son bilan
Jeudi 19 juillet 2018

  • Ecrit par

Comunicat

Version lengadociana :

Capture decran 2018 07 18 a 16.26.27

Version gascona : 

Capture decran 2018 07 18 a 16.27.19Version francesa :

 

Capture decran 2018 07 18 a 16.27.56

  • Ecrit par

Ficas de lenga suu site internet de l'Ostau Bearnés

L'Ostau Bearnés, la Maison de las associacions bearnesas, que hica a disposicion deus internautas ficas d'aprendissatge entà apregondir las coneishenças de la lenga occitana. L'idea que virava dens lo cap deu Joan Pau Latrubesse, gavidaire de l'associacion la CIVADA, d'obrir ua cronica pedagogica regulara taus aprenents de la lenga occitana.

Cada setmana, lo site internet de l'Ostau Bearnés que perpausarà ua navèra fica de gramatica, de vocabulari, torns de lenga, arreproèrs, condes, recèptas de remèdis populara o enqüèra istòrias. Que son reflexions, precisions, explics sus situacions de lenga precisas que ne son pas sistematicament coneishuts de'us qui aprenen la lenga.

  • Ecrit par

31au Pujada au Pòrt de Salau, encontre enter Occitans e Catalans

L'associacion tà las iniciativas culturaus de la Vath deu Salat (ASPIC) qu'ei vaduda a las sorças deu Salat a Salau en Coserans Haut en 1990. Qu'a seguit lo tribalh deu Cercle d'Agermanament occitano-català (CAOC) dens l'organizacion de las Pujadas au Pòrt de Salau, lançat en 1988. Cada purmèr dimenge deu mes d'agost, qu'organizan encontres hestius e conviviaus a l'entorn de la defensa de las lengas e de las culturas occitanas e catalanas. En mejana, 400 personas deus dus costats de las Pirenèas que participan a la Pujada a cada edicion.

La situacion geografica deu Pòrt de Salau qu'estó un avantatge dens los escambis enter los Occitans e los Catalans au briu de las annadas, tant au nivèu economic (expleitacion transfrontalèra, comèrci) com uman (passatge deus refugiats espanhòus pendent la Guèrra d'Espanha).

  • Ecrit par

Collegians e liceans bascos e bretons penalisats

Dimècres 4 de julhet, parents d’escolans e ensenhaires manifestèron davant lo Rectorat de Bordèu per protestar contra la non-evaluacion de las còpias scientificas del brevet redigidas en basco. Venèm de las tresenas generalas e professionalas de quatre collègis Ikastola de Ciboure, Cambo-les-bains, Larceveau-Arros-Cibits e Baiona. Cap a 179 collegians son actualament penalisats per aver rendut lor espròva en euskara, los correctors avent recebut la consigna de pas corregir las partidas redigidas en lenga. Lo rectorat redigiguèt un comunicat dins lo qual rapèla aver aplicat lo reglament : « sonque las espròvas d’istòria-geografia e ensenhament morau e civic pòdon èsser redigidas en lenga viva regionala. » En 2017, lo Rectorat aviá procedit a una derogacion « excepcionala » en acceptant de far notar las còpias escrichas en lenga basca per l’espròva de Sciéncia. « Avèm la conviccion qu'una novèla politica lingüistica es mesa en plaça pel ministre de l'Educacion nacionala, Jean-Michel Blanquer », ce diguèt Hur Gorostiaga, director de SEASKA. La federacion de las escòlas immersivas en lenga basca, SEASKA apèla a una novèla acampada lo 28 de julhet al moment del passatge del Tour de France en País-Basco.

  • Ecrit par

Montmaurin : Se baton contra lo projècte de peirièra industriala

Lo primièr de julhet dins lo sanctuari de las Gorges de la Save en Nebousan, un rencontre-repais foguèt organizat a l'iniciativa de Marie-Cécile Seigle-Vatte e Jérôme Piques amb la collaboracion de Thérèse Miro al nom del Collectiu per la Preservacion del Patrimòni de Montmaurin. Lo collectiu denóncia lo projècte d'implantacion d'una peirièra industriala costat de las Gorges de la Save. Una trentena de personas estacadas al patrimòni regional participèron al rencontre. La region regorga de vestigis preistorics, gallo-roman e medievals. Thérèse Miro animèt una visita de la vila pendent mai de 2 oras.

Las associacions se baton dempuèi 2008 contra la dobertura d'una peirièra industriala qu'a per tòca de produire 150 000 tonas de granulats per an. Lo 24 d'octobre de 2013, lo Tribunal Administratiu de Tolosa aviá anullat l'arrestat prefectoral d'abril de 2009 qu'autorizava lo projècte, gràcias a una fòrta mobilizacion ciutadan dont la d'istorians com François Bon o de biologistas com Marcel Delpoux. Çaquelà, lo 15 de decembre de 2015, lo portaire del projècte, Dragages garonnais, fa apèl e la Cort d'Apèl de Bordèu anullèt la decision de Tolosa.

En 2016, la presidenta de l'associacion Entre Save et Seygouade, Sylvia Belair, declarèt : « Los besonhs de Garona-Nauta en materials son estimats a 11 milions de tonas per an, essencialament per l'aglomeracion tolosana. Esplechar Montmaurin seriá non solament un crimi contra lo patrimòni mes anariá a l'encontre de totas las directivas pel desvolopament duradís e aquerò per un apòrt feble, per de que l'extraccion de calcari autorizada en Garona-Nauta es de 3,5 a 4 milions de tonas a l'annada, volume dont la peirièra representariá que 4,3 % amb sas 150 000 tonas per an ».

La situacion demòra complicada encara uèi. Al nivèl de la comuna, l'actitud del cònse de Montmaurin, questiona d'unes ciutadans. En efèit, lo cònse auriá votat lo non-renovelament de la concession al portaire del projècte de peirièra per deliberacion del 16 de junh de 2017 e tanben se pronóncia per la realizacion d'un diagnostic arqueologic contra lo qual s'es prononciada l'assemblada municipala. Aquel diagnostic dirà si lo siti es interessant arqueologicament o si una peirièra pòt i èsser bastida.

Los opausants, coma lo Collectiu per la Preservacion del Patrimòni de Montmaurin, perseguisson lor combat.

Bretanha : panèls bilingües sus las rotas nacionalas

Alara que la frasa « los Bretons, es la mafia francesa » qu’a declarada lo president Macron davant lo Papa e Jean-Yves Le Drian dimars 26 de junh, es detornada per d’internautas suls malhums socials, los Bretons se son escaduts a obtene la senhaletica bilingua sus las rotas nacionalas.

Los panèls francés-breton seràn installats a partir del 4 de julhet. Lo primièr sector servit serà lo de Melgven dins lo Finistèrra. Per çò de la sinhalizacion toristica, las collectivitats e establiments interessats deuràn contactar l’Ofici Public de la Lenga Bretona (OPLB) per estudiar las diferentas possibilitats d’installacion.

Aquela accion se farà pauc a pauc amb lo remplaçament dels ancians panèls. Las mencions en breton seràn de la meteissa talha que las mencions franceas ambe une polissa de caractèr distincta de las mencions en francés mas pas en itallic. Es la frucha del trabalh realizat ambe la Direccion de las rotas de l’Oèst (DirO), la Region, l’OPLB e l’Estat. Es la consequéncia de la signatura en novembre de 2015 de la convencion « per la transmission de las lengas de Bretanha e lo desvolopament de lor usatge dins la vida quotidiana ».

Inf. : Cobber17

Iniciativa Euskaraldia : que viuràn en euskara pendent onze dias

58 comunas deu País Basco Nòrd que participaràn a l'iniciativa Euskaraldia. Deu 23 de noveme au 3 de deceme, milierats de ciutadans qu'emplegaràn la lenga basca au medish moment sus l'ensemble deu territòri dens totas las situacions de la vita vitanta, shens cambiar las lors acostumas. Euskaraldia qu'a començat lo 17 de març a Itxassou, au sud-èst de Baiona.

Entà facilitar la participacion ciutadana, conselhs que son perpausats peus organizators pendent acamps de preparacion. « Euskaraldia n'ei pas ua campanha, qu'ei un exercici individuau realizat mercés au sostien collectiu. Cadun que'u deu interiorizar. Si passam au dessús, la dinamica non foncionarà pas », çò digó Jenofa Berhocoirigoin, gavidaira deu projècte en País-Basco Nòrd, aus nostes confraires de Mediabask.

Badges que son distribuits entà amuishar la soa participacion au son vesin e mei que mei precisar lo « tipe » de locutor qu'èm. Los bascofònes que portaràn lo badge « Ahobizi » (« paraula aisida ») que s'engatjan a parlar basco a monde qui comprenen, que la responsa e sia en basco o en francés, quan los qui comprenen mes ne'u parlan pas aisidament qu'arboraràn lo badge « Belarriprest », qui significa qu'an la lor « aurelha predispausada » a enténer l'euskara.

Entad ac har e organizar de com cau Euskaraldia, grops de tribalh que son estats apitats. La tòca qu'ei de difusar l'informacion capvath los hialats de cadun. L'acamp a viéner que's debanarà en Gasconha, a Anglet, lo 15 de seteme.

En Labord, los vilatges que's son inscriuts individuaument, quan a l'interior de las tèrras, que participaràn amassa a la dinamica. En Soule, los abitants que participaràn a Euskaraldia en organizar eveniments.

En 2017 dejà, cap a 800 personas que s'èran engatjadas a « víver en euskara » sus las comunas de Baiona-Anglet-Biàrritz (BAB) deu 27 de noveme au 3 de deceme, en participar a l'experiéncia BAM!

Inf. : https://euskaraldia.eus/fr/presentation/

La Setmana

  • L'édition papier
  • L'édition 100% Numérique

DÉCOUVRIR LES OFFRES

 

Plumalhon

Plumalhon es un magazine pel 8-12 ans. Prepausa cada mes dos reportatges sus de tèmas d'actualitat, sus de países, d'animals... Prepausa tanben de BD, de jòcs e 

+

Papagai

Papagai est la revue occitane pour les tout-petits. Elle propose chaque mois des histoires, des jeux, une page de vocabulaire et un dossier en rapport avec l'une des deux histoires.

+